Droit de réponse

Il y a quelques semaines j’ai publié le récit doux-amer d’un presque rencard avec un camarade de classe oublié : Tout me plaît chez lui, sauf lui.
Je misais sur le fait que ce texte lui demeurerait inconnu, ce n’est pas glorieux mais je suis lâche. La vie m’a rappelée à l’ordre. 
Ce qui va suivre n’est pas mon oeuvre : voici sa version des faits.
Merci beaucoup, M. pour ton incroyable compréhension, et pour le mot Rallongi.
elaine
Je ne saurais dire si Chantal a changé depuis le lycée. Disons qu’elle a raisonnablement grandi mais je retrouve sans peine les traits et expressions présents dans ma mémoire. C’est surtout son look qui la transforme. Elle porte désormais les cheveux très courts, presque ras. Je reste un peu dubitatif, sensible que je suis aux longues et épaisses chevelures. Mais bon, cette coupe ne lui va pas si mal et de toute façon peu importe, je revois Chantal sans arrière-pensée. Cela ne m’empêche tout de même pas de remarquer son décolleté plongeant et sa jupe courte.
Dans les premiers instants, nous entamons la conversation timidement ; j’imagine que c’est naturel après une si longue parenthèse. Mais très vite, nous nous sentons à l’aise l’un avec l’autre. Ce n’est pas si fréquent de mon côté. Combien de tête-à-tête, quelle que soit leur nature, m’ont paru interminables, piégé par le bulletin météo du soiffard du coin ou le sourire benoît d’un jeune sosie de Yolande Moreau. Là, c’est tout le contraire, tout ce que dit Chantal m’intéresse, m’amuse, me surprend, m’incite à rebondir sans retenue.
Est-elle encore communiste ? Merde, non. Ecologiste ? Génial, elle l’est ! Et activement semble-t-il. Enfin activement… dans certaines limites. Elle m’explicite son engagement antispéciste tout en tailladant un hamburger dégoulinant de barbaque. C’est incohérent, et par la force des choses charmant.
Nous aimons Gainsbourg. Chantal est agacée par le ton gouailleur qu’il adopte à la fin des refrains de Hold-up. Je n’adhère pas à sa théorie mais me délecte qu’une personne sur Terre puisse s’en faire la réflexion.
Nous évoquons les bidets, leur usage, leur actualité. Typiquement le genre de discussion surréaliste dont je raffole et qui nécessite une certaine complicité avec son interlocuteur. J’ai remarqué que souvent l’absence érode l’alchimie entre les gens ; là, elle l’a décuplée.
Les petites découvertes exquises s’amoncelant, je commence imperceptiblement à voir Chantal avec d’autres yeux. D’autant plus qu’elle a rapidement mentionné être célibataire. Elle ajoute vouloir se montrer plus sélective en matière d’hommes. Pas à l’excès, j’espère.
Chantal est très attirante. Il émane d’elle une lascivité et une brillance intellectuelle qui ne laisseraient de marbre que le dernier des imbéciles. Le genre de phénomène qui doit rendre folles toutes celles qui, bien que correspondant parfaitement aux critères canoniques de la beauté, deviennent invisibles dès lors que Chantal se trouve à leurs côtés.
Comment n’avais-je pas remarqué cela avant ? Ces éléments étaient pourtant déjà présents, ou du moins en gestation. J’étais certainement le dernier des imbéciles. Enfin, soyons indulgents avec ma période survêtement uni et lavage de cheveux hebdomadaire car au fond tant mieux : c’est captivant de redécouvrir quelqu’un avec un regard neuf. Je ne change pas d’attitude pour autant, il me semble que ce n’est pas le moment.
Chantal m’annonce devoir partir. Nous ne passerons pas la soirée ensemble, encore moins la nuit. Bien sûr, je n’aurais pas été spécifiquement contre. Mais ce n’est rien, je ne prends pas cela pour une marque d’indifférence et reste quelques instants debout au beau milieu de la terrasse, planté comme un témoin de Jéhovah devant une porte close.
Le lendemain, jour de mon retour en Savoie, je me demandai si je devais proposer à Chantal de se voir à nouveau. Je craignis de m’imposer et décidai de prendre rapidement la route. Ces magnifiques routes de montagne méditerranéennes m’offrirent un cadre rêvé pour me repasser le film de notre entrevue (si tant est que ma nuit blanche n’y fût pas suffisante).
Il était désormais clair que Chantal me plaisait. Difficile d’y échapper dans la mesure où elle rend une minute passée en sa compagnie plus marquante qu’une semaine auprès de gens ordinaires, à savoir approximativement 99% des troupes. Grâce à elle, aucun risque de jalouser ces bons vieux connards dont on trouve le profil sur Linkedin. Ils peuvent bien énumérer les statistiques de leur entretien annuel comme autant de pichenettes sur votre nez, il suffit de se tourner vers Chantal et voir son sourire moqueur pour être sûr qu’ils n’ont rien compris. Je me perdis et m’enfonçai sur des sentiers presque caillouteux pendant plusieurs minutes avant de me résoudre à rebrousser chemin. On aurait pu mettre cela sur le compte de mon trouble si je n’étais pas coutumier de ce genre de rallongi.
Pas facile d’inviter Chantal à boire un verre à l’improviste, nous habitons à six heures de route. Je m’aventure donc à lui demander si elle a partagé mon ressenti par SMS. A ce moment-là, je suis plutôt optimiste quant à sa réponse, je pense fermement qu’elle me laissera au moins une porte entrouverte. C’était sans compter sur l’absurdité de l’existence. Elle m’envoie à la place le fameux laïus qui fait débander. Celui sur l’amitié. Lui-même.
J’insiste un peu mais ses messages se font de plus en plus laconiques et espacés. Je me résous péniblement à l’idée que cette après-midi si spéciale pour moi ne l’avait peut-être pas été tant que ça pour elle. Jusqu’à ce que je tombe sur ce texte.
Je pourrais en cosigner presque chaque mot. C’est con, nous en tirons des conclusions complètement différentes. Je balance entre plusieurs états d’esprit, tout à tour ragaillardi d’avoir plu à Chantal et d’autant plus contrit de ne lui avoir finalement pas plu.
Le je-ne-sais-quoi que décrit Chantal est un petit tyran. Il me refuse le droit d’être idéalisé par son philtre dévastateur quoiqu’éphémère. C’est le seul invité qui manque à la fête. Pourtant son absence crève les yeux. Du moins les siens. J’espère qu’il va finir par se pointer celui-là…
J’ignore si je pourrais te plaire mais j’en crève d’envie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s